line decor
THEATRE DU CARRE ROND
23 rue des trois rois - 13006 Marseille.
Métro: Notre Dame du Mont Parking Cours Julien ou Place Jean Jaurès(La plaine).
Bar Salle Climatisée. Tel 06.11.29.25.05 plan
.

theatre

Accueil - Programmation
Nous contacter
Licence spectacles 1-1068436
Direction: Michel ADJRIOU / Dominique LAMOUR
Métro: ND du Mont Cours Julien
Parking: Cours Julien/La Plaine
Bar Salle Climatisée
Tel 06.11.29.25.05
 plan

 
twitter: @lecarrerond


Né en 1913 dans des quartiers pauvres d’Algérie, rien ne destine Albert Camus à une carrière d’écrivain : orphelin de père, tenu à distance par une mère mutique, il est poussé par sa grand-mère à vite gagner sa vie. Repéré par un instituteur, il entame cependant des études qui le mèneront à une brillante carrière d’écrivain qui culmine avec un prix Nobel en 1957, trois ans avant sa mort accidentelle dans un accident de voiture.
Auteur de romans, de pièces de théâtre et de nombreux écrits politiques et philosophiques, Albert Camus est avant tout un témoin infatigable de son temps et un penseur de l’engagement des êtres humains dans le monde. Bien qu’il ne se revendique d’aucune philosophie systématique, l’œuvre de Camus développe tantôt dans ses fictions, tantôt dans ses essais, une réflexion profonde sur la condition humaine.

theatre

Dominique Lamour Metteur en scène - Comédien - Chanteur. Co-fondateur de la Compagnie et du Théâtre du Carré rond de Marseille, il crée ce lieu en 2008 avec Michel Adjriou proposant une mise en scène atypique de la Cantatrice Chauve d'Eugène Ionesco qui a déjà accueilli plusieurs milliers de spectateurs.. Il met en scène ensuite plusieurs pièces : Le Projet Laramie de Moisés Kaufman d'après un fait divers authentique sur le meurtre sauvage d'un jeune étudiant gay américain, puis se replonge dans l'univers de Ionesco pour monter Rhinocéros et réalise Manhattan Medea de Dea Loher, pièce contemporaine inspirée du mythe de Médée et Jason transposé dans le New-York d'aujourd'hui. Il propose en Janvier 2014 Huis Clos de Jean-Paul Sartre puis met en scène une adaptation de La Métamorphose de Franz Kafka. Il présente en juin 2016 Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès, l'histoire du tueur en série italien Roberto Succo puis entreprend en 2018 les mises en scène Des bons bougeois de René de Obaldia, de Oh les beaux jours de Samuel Beckett et en 2019/2020 Les Larmes Amères de Petra von Kant de Rainer Werner Fassbinder, Les Justes d'Albert Camus et Antigone de Jean Anouilh. En 2022, il réalisera, pour cinq représentations, la mise en scène de "Art" de Yasmina Reza. Dominique Lamour reprend également régulièrement depuis 12 ans le répertoire de Georges Brassens accompagné par Nicolas Mattéï (guitare solo) Sylvain Congès (guitare rythmique) et Jean-Christophe Gautier (contrebasse).


 

La Cie du Carré Rond présente
LES JUSTES
Albert Camus


LE PASS SANITAIRE EST DEMANDE


L'avis des spectateurs 

Déposez un avis

 


"J'ai lancé la bombe sur votre tyrannie, non sur un homme."(Kaliayev - Les Justes - Albert Camus)

"On commence par vouloir la justice et on finit par organiser une police." (Skouratov - Les Justes - Albert Camus)


Texte Intégral


   

Tarif: 18 euros / 14 euros (étudiants - demandeurs d'emplois - RSA) + frais du serveur

Spectacle terminé

Mise en scène: Dominique Lamour
Distribution: Michel Adjriou (Skouratov), Solène Castets (Dora), Valentin Faraut (Stepan), Henri Fernandez (Voinov, Le gardien), Sophie Lançon (La Grande Duchesse), Alexis Pottier (Annenkov) , Stéphane Robert (Kaliayev), Jérôme Savajols (Foka).

Albert Camus aurait-il pu imaginer en écrivant "Les justes" en 1949, qu'il nous plongerait dans l'actualité du monde d'aujourd'hui. Le meurtre peut-il être légitimé pour défendre une cause aussi "juste" soit-elle ? Dominique Lamour.

À Moscou, en 1905, un groupe de socialistes révolutionnaires projette d'assassiner le grand-duc Sergeï, qui gouverne la ville en despote, afin de lutter contre la tyrannie exercée sur eux. Kaliayev, un jeune terroriste, lancera la bombe...

Il y a des lois au théâtre, et ces lois sont faites pour être violées. Je lis souvent que telle ou telle pièce ne respecte pas les lois du théâtre, je mets au défi ceux qui parlent toujours de ces lois de les définir. S’ils arrivent à définir les évidences que nous connaissons tous, nous nous apercevons alors que ni les tragiques grecs, ni Shakespeare, ni Molière n’en ont tenu compte le cas échéant. En somme j’ai appris sur les planches que le théâtre s’embarrasse de peu de choses : de la toile pour les décors et pour la pièce des caractères et un langage.
Albert Camus
.