THEATRE DU CARRE ROND
23 rue des trois rois - 13006 Marseille.
Métro: Notre Dame du Mont Parking Cours Julien ou Place Jean Jaurès(La plaine).
Bar Salle Climatisée. Tel 06.11.29.25.05 plan.

theatre

Accueil - Programmation
Nous contacter
Licence spectacles 1-1068436
Direction: Michel ADJRIOU / Dominique LAMOUR
Métro: ND du Mont Cours Julien
Parking: Cours Julien/La Plaine
Bar Salle Climatisée
Tel 06.11.29.25.05
 plan

 
twitter: @lecarrerond

 

René de Obaldia naît en 1918 à Hong-Kong où son père était consul de Panama. À sa naissance, son père disparaît et sa mère décide alors de rentrer en France avec ses trois enfants. René sera élevé d’abord par une nourrice puis par sa grand-mère maternelle dans les environs d’Amiens. Il a vingt ans quand la guerre éclate, mobilisé, il est fait prisonnier entre 1940 et 1944.

Au sortir de la guerre, il écrit des chansons pour gagner sa vie et tente de faire publier ses poèmes. Son premier roman, Tamerlan des cœurs est édité en 1956, puis il publie Le Centenaire en 1960. Il se fait aussi connaître grâce à ses pièces de théâtre, notamment Génousie en 1961 mise en scène par Jean Vilar. On peut citer également Du vent dans les branches de sassafras (1966) ou encore Monsieur Klebs et Rozalie (1975), récompensée par un Molière d’honneur et un Molière du meilleur auteur, ainsi que Les Bons Bourgeois (1980).

En 1993, René de Obaldia publie ses mémoires intitulées Exobiographie. Élu à l’Académie française en 1999, il en est le doyen d’âge.



theatre

Dominique Lamour Metteur en scène - Comédien - Chanteur. Co-fondateur de la Compagnie et du Théâtre du Carré rond de Marseille, il crée ce lieu en 2008 avec Michel Adjriou proposant une mise en scène atypique de la Cantatrice Chauve d'Eugène Ionesco qui a déjà accueilli plusieurs milliers de spectateurs.. Il met en scène ensuite plusieurs pièces : Le Projet Laramie de Moisés Kaufman d'après un fait divers authentique sur le meurtre sauvage d'un jeune étudiant gay américain, puis se replonge dans l'univers de Ionesco pour monter Rhinocéros et réalise Manhattan Medea de Dea Loher, pièce contemporaine inspirée du mythe de Médée et Jason transposé dans le New-York d'aujourd'hui. Il propose en Janvier 2014 Huis Clos de Jean-Paul Sartre puis met en scène une adaptation de La Métamorphose de Franz Kafka. Il présente en juin 2016 Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès, l'histoire du tueur en série italien Roberto Succo puis entreprend en 2018 les mises en scène Des bons bougeois de René de Obaldia, de Oh les beaux jours de Samuel Beckett et en 2019/2020 Les Larmes Amères de Petra von Kant de Rainer Werner Fassbinder, Les Justes d'Albert Camus et Antigone de Jean Anouilh. En 2022, il réalisera, pour cinq représentations, la mise en scène de "Art" de Yasmina Reza. Dominique Lamour reprend également régulièrement depuis 12 ans le répertoire de Georges Brassens accompagné par Nicolas Mattéï (guitare solo) Sylvain Congès (guitare rythmique) et Jean-Christophe Gautier (contrebasse).

 
La Cie du Carré Rond présente
LES BONS BOURGEOIS
"Hommage à Molière"

UNE COMEDIE DELIRANTE de
René de Obaldia
Texte Intégral

Tarif: 18 euros / 14 euros (étudiants - demandeurs d'emplois - RSA)

RESERVATION


L'avis des spectateurs

Durée du spectacle: 1h30

2022
à 20h30
ven 3-juin
sam 4-juin


Mise en scène: Dominique Lamour
Distribution: Michel Adjriou, Christophe Barrières,
Alix-Nawel Richard, Jean-Luc Gomis, Dominique Lamour, Mila Ricuort, Charlotte Santiago, Jérôme Savajols.

    

       

  
      

Cette comédie a ceci de particulier qu'elle s'ouvre à la manière des Femmes savantes. En hommage à Molière nous dit l'auteur. Mais la pièce est résolument moderne ; c'est, en fait, une grande comédie satirique de notre temps.
Mai 68. Les Basson-d'Argueil, bons bourgeois installés douillettement dans leur luxueux appartement du XVIe arrondissement veulent absolument marier leur fille la plus jeune à un fils de bonne famille, énarque qui plus est.
Mais les intérêts divergent et les prises de position s'affrontent, tandis que des émeutes ont lieu dehors et que le Pouvoir vacille.

Cela donne une comédie de moeurs satirique et jubilatoire, dénonçant tant le conformisme bourgeois que l'intemporalité du verbalisme et de la cuistrerie, soigneusement construite en alexandrins et truffée de néologismes fantasques, d'argot et de rimes insolites et autres singularités langagières et ruptures de ton qui constituent des ressorts comiques imparables

Obaldia a mis tous les ingrédients de Molière en prise directe avec les évènements de mai 68.