23 rue des trois rois - 13006 marseille - ASSOCIATION LOI 1901
SALLE DE SPECTACLES
COURS DE THEATRE ADULTES ENFANTS
line decor
line decor




Dominique Lamour Metteur en scène
Co-fondateur de la Compagnie et du Théâtre du Carré rond de Marseille, il crée ce lieu en 2008 avec Michel Adjriou proposant une mise en scène atypique de la Cantatrice Chauve d'Eugène Ionesco qui a déjà accueilli plusieurs milliers de spectateurs depuis sa création. Il met en scène ensuite plusieurs pièces : Le Projet Laramie de Moisés Kaufman d'après un fait divers authentique sur le meurtre sauvage d'un jeune étudiant gay américain, puis se replonge dans l'univers de Ionesco pour monter Rhinocéros et réalise Manhattan Medea de Dea Loher, pièce contemporaine inspirée du mythe de Médée et Jason transposé dans le New-York d'aujourd'hui. Il propose en Janvier 2014 Huis Clos de Jean-Paul Sartre puis met en scène une adaptation de La Métamorphose de Franz Kafka. Il présente en juin 2016 Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès, l'histoire du tueur en série italien Roberto Succo, élevé à une dimension mythique. Il reprend également régulièrement depuis dix ans le répertoire de Georges Brassens accompagné par Nicolas Mattéï (guitare solo) Guillaume Hogan (guitare rythmique) et Jean-Christophe Gautier (contrebasse).

 
La Cie du Carré Rond présente
LE PROJET LARAMIE
L'histoire de Matthew Shepard
de Moisés Kaufman Texte Intégral

Voir les Critiques et Réservez vos places sur BilletReduc.com
 
Mise en scène : Dominique Lamour
avec : Michel Adjriou, Marc Arnijas, Solène Castets, Rémi Djabarian, Pascale Donato, Elise Fagon, Henri Fernandez, Jean-Paul Gabert, Nicole Galey, , Sigrid Objilère, Caroline Sault,

Tarif: 16 euros / 12 euros (étudiants - demandeurs d'emplois - RSA)
à 20h30 les:
Ve 31 mars 2017 Réserver - Sa 01 avril 2017 Réserver

En octobre 1998, dans la petite ville de Laramie, Wyoming, un jeune homme de 21 ans, Matthew Shepard, est découvert attaché à une clôture de barbelés.
Après l’avoir sauvagement battu, ses tortionnaires l’ont abandonné à une mort lente. Son crime : il était homosexuel.
Partant de plus de 200 entrevues menées à Laramie, l’auteur et metteur en scène new-yorkais Moisés Kaufman et les membres du Tectonic Theatre Project ont créé une partition dramatique hors du commun.
Une chronique de la haine ordinaire, l’autopsie d’un monde perdu confronté à ses peurs. Des mots vrais, une écriture unique.

"Le Sénat américain a adopté le jeudi 22 octobre 2009 le texte de la loi « Matthew Shepard » étendant la définition de «crime de haine» aux actes commis contre des personnes en raison de leur genre, de leur identité de genre ou de leur orientation sexuelle.
Cette législation offrira également des moyens supplémentaires aux forces de l'ordre locales, donnera à la justice le pouvoir de mieux enquêter sur des crimes de haine et exigera du FBI qu'il établisse des statistiques sur les actes commis envers les transgenres.
Cette loi concernera également les crimes motivés par la religion ou encore la couleur de peau.




Cette loi, proposée en 1997 par le sénateur Ted Kennedy, a pris le nom de loi « Matthew Shepard », un jeune homosexuel de 22 ans dont l'assassinat en 1998 dans le Wyoming avait ému l'Amérique. Elle a été signée par le président Barack Obama. Son entrée en vigueur avait jusque là sans cesse été repoussée du fait de l'opposition de l'administration Bush.
Selon la police fédérale, plus de 80'000 actes homophobes ont été commis depuis l'assassinat de Matthew Shepard."

 

L'avis des spectateurs - Déposer un avis sur ce spectacle
Hélène
Le Projet Laramie
- octobre 2015
Un Sujet traité avec intelligence, des comédiens habités par leur rôle, et beaucoup d'émotions. J'ai beaucoup aimé.


Pierrick et Jeanne
Le Projet Laramie
- octobre 2015
Spectacle rare de par sa mise en scène et le sujet abordé. Une leçon de sociologie, un éclairage puissant sur des sujets de réflexion multiples, la tolérance de la famille et de la société sur l'homosexualité ,la médiatisation et ses dérives, la notion de responsabilité collective, la peine de mort, le pardon. Comme l'annonce Dominique LAMOUR en préambule, plus qu'un devoir de mémoire, un devoir de "présent". Magnifique